Les cours de flûte traversière sont assurés par Christine Frigo

 flute2

  

Mot de Christine à propos de ses cours de flûte traversière



1 - Pédagogie

Le terme « pédagogie » est un mot qui exprime pour moi, l’échange, le partage, l’ouverture entre 2 personnes ou plus exactement entre un professeur et son élève. En effet, je dois avant tout mettre mon élève en confiance et garder tout au long de mon cours, des rapports humains et psychologiques avec lui. Je dois le guider vers une écoute agréable de la musique en lui faisant découvrir les joies de la musique d’ensemble. Mais je dois insister sur la complémentarité nécessaire entre mon cours de flûte et le cours de formation musicale, cette dernière discipline n’étant pas toujours ressentie comme une nécessité par l’élève. 

Je suis là pour détendre l’élève tout en le guidant dans une voie très rigoureuse et remplie d’obstacles à surmonter. Il me faut de la patience, de l’indulgence et de la persévérance, et développer constamment chez lui l’association du travail et du plaisir. 

L’apprentissage de la flûte traversière est un enseignement difficile et demande un travail conséquent et régulier de la part de mes élèves. 

Je dois savoir, où et comment le guider vers un plaisir constant et grandissant pour la musique et sa flûte, mais aussi , maintenir parallèlement un travail exigent, rigoureux et de longue haleine. 

flute3

2 - Méthode de travail

Mon cours de flûte devient de plus en plus couramment un cours collectif car le format traditionnel du cours individuel ne répond plus aux attentes des élèves, ni aux exigences des schémas directeurs, ni aux programmes d’enseignement. Les avantages en sont évidents : grouper plusieurs élèves permet de dégager plus de temps, d’intégrer au cours de flûte, l’écoute de répertoire, l’écoute des autres et de mettre en place une évaluation réciproque des élèves. L’interaction et l’émulation entre les élèves renforcent leur sentiment d’appartenance à la classe de flûte, qui débouche sur un sens collectif fort et constructif. La pédagogie de groupe est organisée en fonction des niveaux, des méthodes, des disponibilités, des projets… 

Il est sans doute ambitieux de vouloir prétendre enseigner tous les styles de musique. Néanmoins, je propose des styles très divers à mes élèves : baroque, classique, romantique, contemporain, jazz, musique actuelle… 

DSC 9765 1

 

3 - Projets

Dans le but d’apporter un enrichissement culturel à mes élèves, j’organise régulièrement des projets communs avec d’autres structures: Concerts regroupant des élèves de plusieurs écoles et des animations dans des lieux ou structures différentes comme les maisons de retraite, les hôpitaux, les écoles, les crèches… 

Mes projet ont pu voir le jour grâce au soutien logistique des municipalités et des conseils d’administrations de chaque école de musique. 

 

 

Quelques explications sur la flûte traversière

Texte tiré de l'encycopédie Wikipédia

La flûte traversière est un instrument de la famille des vents et du groupe des bois. La flûte traversière partage avec les instruments de la famille des flûtes la méthode de production du son : l'air soufflé est mis en vibration par un biseau disposé à l'embouchure. Contrairement à la flûte de Pan, la flûte traversière ne comprend qu'un seul tuyau. Le terme de traversière est lié à la position de jeu de l'instrument (par opposition à de nombreuses autres flûtes, la flûte à bec en particulier) : l'instrument est joué de manière latérale à l'axe du flûtiste. 

La flûte traversière, ou grande flûte, en ut. Elle est constituée de 3 sections : la tête, le corps et la patte ( de ut ou de si, cela dépend du modèle). Elle mesure environ 67 centimètres, cela dépend si la flûte comprend ou non une patte de si (pour jouer le si grave). Elle a une étendue d'environ 3 octaves, à partir du do grave (ou du si). Son son peut être diaphane, pénétrant, large, pétillant, piquant, chaud, froid, joyeux ou triste... La flûte est souvent utilisée comme instrument solo dans les orchestres, orchestres à vents ou ensembles de flûtes. 

La flûte traversière doit son nom à la façon dont on la tient : sur le côté, horizontalement. 

La grande flûte se compose de trois partie séparables :
Une tête, aussi appelée embouchure. Elle comprend une plaque percée d'un trou ovale dans lequel on souffle pour produire le son. L'extrémité supérieure de l'embouchure est fermée par un bouchon de bois ou de liège tenu entre deux plaques de métal. L'accord de l'instrument est effectué en enfonçant plus ou moins l'embouchure dans le corps ce qui a pour effet de modifier la longueur de la colonne d'air. 
Un corps qui porte des clefs actionnées par les doigts. Les clefs servent à boucher les trous afin de produire les différentes notes. 
Une patte qui prolonge le « corps » principal. La patte porte également plusieurs clefs et peut être en ut (ut étant l'ancien terme pour do) ou en si. Elle est alors appelée « patte d’ut » ou « patte de si ». 

L'instrumentiste émet un filet d'air qu'il dirige sur le biseau du trou de l'embouchure. La mise en vibration de la colonne d'air contenue dans le tuyau de la flûte produit le son. La fréquence de ces vibrations, et donc la hauteur de la note émise, dépend de la longueur acoustique de tuyau mise en vibration. Cette longueur peut être modifiée par la combinaison d'ouverture et de fermeture des trous (les doigtés). Le flûtiste produit alors les notes du registre grave de l'instrument. Pour jouer dans les registres médium et aigu, le musicien modifie l'angle d'attaque et la pression de l'air sur l'embouchure. Le son ainsi obtenu correspond aux harmoniques du son fondamental. La pression et la vitesse de l'air influent également sur le timbre du son et la justesse des notes. 

Facture 
Pendant des siècles, les flûtes ont été fabriquées en bois. Ce matériaux fut progressivement remplacé par le métal au cours du 19e siècle avec l'apparition de la flûte "Boehm". Cependant, des musiciens se consacrant à la musique ancienne jouent toujours sur des flûtes en bois, souvent copies des instruments utilisés à l'époque du répertoire abordé. 

Aujourd'hui, les modèles d'études sont généralement en maillechort argenté (alliage de cuivre, de nickel, et de zinc). Les flûtes traversières semi professionnelles et professionnelles sont en alliage d'argent, en argent massif, en alliage d'or 9K ou 14K ou, plus rarement, en or 18K ou en platine. Origine 

La flûte traversière serait apparue en Chine, puis en Occident au Moyen Âge (XIIe siècle). Les premières descriptions de l'instrument ne datent cependant que du XVIe siècle, période à laquelle on l'appelait « flûte d'allemand ». Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Lully introduit la flûte traversière dans l'orchestre d'opéra et à partir du XVIIIe siècle, l'instrument se voit assigner une fonction importante de soliste, en raison de sa sonorité diaphane et de son agilité. La flûte traversière est un instrument datant de la Préhistoire, elle était fabriquée en os, servant à la chasse .